• 06 - Les "mots" divinisés

    Quand les "mots" mène les peuples

    Orateur

     

    Autrefois, les païens (que nous sommes restés sous bien des aspects) ont produit une mythologie qui mettait en scène des personnages qui, on le verra, n'étaient que le le reflet de leurs propres actions et pensées. Ils donnaient une figure "divine" à leurs inconséquences (péché).

    Dans le monde moderne, ces mythes ne sont plus regardés que comme des fables, même s'ils avaient un sens pour le païen. Aujourd'hui, quoique ce soit en voie de disparition, ce sont les "paroles" qui sont devenues dieu. Il suffit de penser à toutes les idéologies (meurtrières) que des "penseurs" ont formulé.

    Je crains qu'une bonne partie du monde évangélique ait un train de retard par rapport au "monde". Ce dernier a proclamé haut et fort que ce devait être la fin des "paroles", des idéologies, en tant que divinité, depuis les années 1970 environ. Et comme ces "paroles" émanaient d'hommes, certains ont proclamé la fin de l'homme comme divinité et de l'homme en temps que réalité. Eh oui !

    Malheureusement, à cause de cela le monde est tombé dans le relativisme. Il n'y a plus rien à quoi se raccrocher.

     

    A noter en passant, qu'il s'agit là d'un fruit pervers du judaïsme et du christianisme qui a mis fin aux divinités d'autrefois et la culture a compris un temps de manière plus qu'obscure que c'était la parole qui importait. En cela elle a puisé son inspiration dans la philosophie grecque, imprégnée de mythologie païenne et dans le mauvais sacrificiel des persécuteurs. La parole de l'homme ne produit pas de bons fruits, d'où le dégout actuel de la parole et le relativisme ambiant.

    Pour en revenir au sujet, le monde évangélique a par trop fait ce que le monde faisait et fait encore: diviniser sa propre parole. Bien sûr, chacun le faisant avec des nuances différentes, cela a abouti à la situation que l'on connaît: un morcellement des chrétiens et les pseudo unités catholiques ou orthodoxes ne sont qu'un leurre.

    On ne peut mettre cette Parole en boîte. La Bible est un exemple magnifique de cela. Elle est tellement diverse, sondable presque à l'infini, certainement.

    Ce qui ne veut pas dire du tout que la vérité est inaccessible. Toute l'histoire le montre. Par bribes, des vérités sont remontées à la surface. Par exemple, même si on ne l'aime pas, Lüther a remis en évidence la justification par la foi.

    Le problème pour les lüthériens (et tout le monde en fin de compte), c'est de faire une fixette sur cette "saine doctrine", de la sacraliser, de l'élever au même rang qu'une divinité païenne. Les mots, la pensée contenue dans les mots devient alors une idole. Et le scénario de l'antiquité païenne se reproduit sans cesse: exclusion plus ou moins violente de tous ceux qui ne sont pas "conformes" ainsi que des innocents, comme Jésus.

    Une "saine doctrine" peut être sacralisé, divinisée. En termes bibliques, le terme employé est "idole".

    Il en est de même pour tous nos "mots". C'est encore un "énorme" obstacle, partout présent, qui ne se résout que dans le plus grand des commandements. Aimer Celui qui EST et qui est LA PAROLE.

    Aussi, les mots que j'emploierai ou ait déjà employé: contagion violente, mimétisme, obstacle (= skandalon en grec), bouc émissaire, désir (convoitise), etc... ne peuvent être qu'UNE AIDE POUR EXPRIMER DES PENSÉES que l'on trouve dans la Bible.

    RIEN D'AUTRE.

    Et comme ce ne sont que des mots humains, ils sont destinés à être soumis à la Lumière et non à soumettre qui que ce soit.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :