• 08- Le "triangle" de la chute et une maladie moderne

    "Tu ne convoiteras pas..."

    La chute est marquée par une structure à trois: Ève, le serpent, et un arbre interdit par L'Eternel.

    C'est le modèle du péché d'origine. C'est souvent le modèle de l'extension croissante du péché.

    Le modèle se pervertira. On le verra.. Néanmoins, il demeure aujourd'hui tel quel dans bien des relations humaines... et en particulier, pour cette fois, dans l'anorexie.


    Arrêtons-nous sur une perversion, une conséquence du péché d'origine.

    Une maladie qui de façon manifeste a sa source dans une répétition de la  structure décrite dans l'article précédent.

    Il s'agit de l'anorexie dans le monde occidental (et les autres mondes touchés par celui-ci).

    Il s'agit bien d'une maladie moderne. C'est à la fin du XIX ème siècle qu'elle pointe son nez. De quelques membres de l'aristocratie, elle s'est répandue jusqu'en bas de l'échelle sociale, du moins chez les personnes qui ont les moyens de se nourrir autrement qu'avec des aliments gras, sucrés, les meilleurs marchés et qui entraînent un surpoids.

    Auparavant, que l'on regarde les images et statues féminines produites avant les années 1920-30 environ, par la renaissance, le moyen-âge, l'antiquité grecque, latine ou autre, les personnages féminins sont potelés et et bien en chair, pas forcément gros, signe de beauté et de bonne santé.

    L'anorexie touche les jeunes femmes depuis leur entrée dans l'âge de l'adolescence. Les jeunes gens adoptent aussi cette voie - c'est récent -, bien que leur nombre soit (encore ?) bien plus faible. Pour les deux sexes, la proportion s'accroît sans cesse dans la population, surtout depuis la deuxième guerre mondiale, les médias aidant.

    On a assisté alors à la naissance d'une maladie qui n'existait pas avant.

    Les impératrices Eugénie (femme de l'empereur français) et Sissi (femme de celui d'Autriche), à la fin du XIX éme siècle, se mesuraient la taille lorsqu'elles se retrouvaient. Ce furent les prémisses connus du problème de la minceur extrême. Une compétition autour de la minceur.

    Puis lentement l'aristocratie féminine s'y mit, puis les classes aisées, et une bonne part de la population, les moyens de chacun augmentant.

    Imaginez la jeune femme en quête d'identification,choisissant des modèles...

    On lui "bourre" les sens et l'âme de modèles minces voire décharnés.

    Cela paraît aberrant, mais ne le dites pas à une personne anorexique: elle a choisi ce modèle à un point obsessionnel que l'on ne peut imaginer. Elle maîtrise et dompte un instinct que le Créateur a mis en l'homme et qu'il a dès sa première respiration en venant au monde. Elle veut devenir la championne de la minceur.

    Quelle (mauvaise) force pour en arriver là !

    Le fait d'avoir besoin de modèles est bon... Mais quand les modèles sont pervers, on ne peut que constater le résultat catastrophique.

    Pour synthétiser:

    On retrouve ici le "triangle" de la chute.

    - un sujet: la jeune femme

    - un objet: la minceur

    - un tiers: ceux qui prônent la minceur comme mode et les médias.

    Tout n'est pas écrit ici sur l'anorexie... Les conséquences physiques (autres maladies et parfois mort), conséquences familiales et sociales.

    De même pour mincir, il existe toutes sortes de stratégies (se priver de nourriture, faire des régimes, vomir, prendre des laxatifs ou diurétiques, faire du sport à l'excès, etc) . Ce qui fait la joie de diverses industries qui produisent ce qu'il faut pour être très mince ou décharné, jusqu'à la mort parfois.

    De même, l'anorexie entraîne d'autres modèles mimétiques pervers *.

    On voit ici comment "une mode" perverse a des répercussions à l'échelle sociale toute entière.

    En conclusion, dépister le diable n'est pas très difficile... puisqu'il agit de la même façon depuis longtemps. Le B-A, BA de la Genèse est transférable pour saisir une foule de dérèglements.

    Dieu nous informe de cette stratégie. Notre problème: nous sommes si souvent aveugles pour la reconnaître dans nos vies.

    Et il s'agit ici (anorexie) d'une illustration très réaliste et concrète de cette parole: "le salaire du péché, c’est la mort... " Rom 6:23

    _________________

    * Un autre mimétisme pervers de la femme qui s'est obligée à maigrir, parfois à en perdre la santé jusqu'à la mort: en maigrissant, elle perd ses formes féminines. Aussi est née une industrie: celle de la chirurgie esthétique qui publicise les prothèses mammaires, la taille harmonieuse en rajoutant de la "matière" ou des lèvres pulpeuses, bien rondes.

    L'aberration de ce mimétisme est parlante, simple à comprendre.

    N'accablons en rien les femmes: elles sont le jouet de ce que les hommes produisent surfant sur les modes pour en faire des sources de gain. Et chez les hommes d'autres mimétisme sont beaucoup plus destructeurs.... la guerre par exemple.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :