• 19 - Violence, sexualité, oeuvres de la chair

    Les oeuvres de la chair, toutes sans exceptions, impliquent au départ rivalité, imitation et violence... y compris les dérèglements sexuels.

     

    Violence, sexualité, oeuvres de la chair

    Plus une introduction pour faire le point et une fin traitant de l'urgence du sujet.


    Introduction

    Ce fil est une étude et une recherche. Qui dit recherche, dit aussi une certaine aridité... bien que la tentative soit faite ici et là de mettre cette recherche sur la violence en relation avec la Bonne nouvelle de l'Evangile.

    Inconcevable comme démarche dans les milieux évangéliques où on ne peut avoir qu'un discours qui amène des solutions, des sujets de louange. Ici la recherche amène des questions, des éléments incomplets et des réponses pour ceux qui veulent en trouver.

    De plus, c'est un sujet qui ne fait que présenter le problème de l'humanité sans en présenter (ou peu) le remède. Il faut se dire que les hommes sont aveugles à ce sujet et ne voient pas ce gravissime problème en eux... Ce n'est donc pas une perte de temps que de le rappeler.

    Le sujet de la violence et du meurtre découle bien sur de la chute et avant ce résultat dans la vie des hommes, il se trouve en amont un fait fondamental: tout découle pour l'homme de na pas avoir mis sa confiance en Dieu: l'incrédulité.

    Cette incrédulité est marquée par l'orgueil du serpent qui propose de devenir COMME Dieu. L'orgueil préexiste à la violence.

    De même la peur préexiste à la violence. Ce fut la première réaction de l'homme après la chute. L'homme est désemparé et devient orphelin de YHVH, séparé de Lui.

    La violence est donc un phénomène secondaire, après l'incrédulité, l'orgueil et la peur, phénomène qui découle du péché...

    C'est à cause de ce mal, de cette violence que YHVH a noyé la première humanité sous le déluge.

    « La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé: La fin de toute chair est arrêtée par devers moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les détruire avec la terre. » Genèse 6: 11-13

    Bien que phénomène soit secondaire aux aspects cités ci-dessus, il revêt une telle importance qu'il attire le jugement de Dieu.

     Lorsqu'on examine la violence, on saisit la « dynamique » mortifère qui régit les rapports des hommes entre eux... et aussi avec YHVH (on le verra par la suite).


    Les oeuvres de la chair

    Les rapports des hommes entre eux sont décrits à la façon qualifiante et descriptive des grecs par Paul (et non à la façon narrative des hébreux) lorsqu'il nomme les fruits de la chair en Galates 5: 19-21

    "Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables."


    Les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie: ces traits découlent immédiatement de la rivalité et de la violence de coeur des hommes.

    La magie aussi: en effet la magie n'est autre chose que la volonté de dominer la nature ou autrui par des moyens spirituels. Qui dit domination, dit violence.

     

    L’impudicité, l’impureté, la dissolution: ici Paul parle des dérèglements sexuels et traite de l'adultère.

    La Bible parle aussi de l'origine de ces dérèglements et le situe à deux niveaux:

    • La honte (fruit de la peur) ressentie par Adam et Eve de se voir nus.

    • Nous pouvons surtout saisir l'origine des dérèglements sexuels au travers du récit concernant Lemec selon Genèse 4: 19, 23-24.
      « Lémec prit deux femmes: le nom de l’une était Ada, et le nom de l’autre Tsilla....
      Lémec dit à ses femmes: Ada et Tsilla, écoutez ma voix! Femmes de Lémec, écoutez ma parole! J’ai tué un homme pour ma blessure, Et un jeune homme pour ma meurtrissure. Caïn sera vengé sept fois, Et Lémec soixante-dix-sept fois. »

    Ce récit nous fait un ENORME appel du pied: "Hé, il y a un rapport entre la rivalité la violence et le dérèglement du satut du mariage, ainsi que la sexualité."

    Sans forcer le texte, nous comprenons:

    • Qu'avec Lémec un regain de violence sociale s'installe.

    • Lémec est un meurtrier. Il a tué deux êtres humains à cause de « blessures » qu'il a reçue. C'est donc une vengeance de sang et il rend beaucoup plus qu'il n'a reçu. Il fait monter la violence d'un cran.

    • Que pour la première fois dans le Tanakh, il est question de polygamie. Il est en général admis à ce sujet que Lémec instaure la polygamie.

    • Le ton de Lémec est très défiant, agressif et méchant.

    A partir de ce constat, on ne peut faire qu'un lien évident entre la violence de Lémec et sa polygamie. Il n'est pas difficile de penser que le fait d'avoir deux femmes ait engendré un climat de violence pour diverses raisons.

    Si la polygamie n'existait pas auparavant, l'attitude de Lémec est un défi à l'ordre social. Le fait d'être polygame suscite les jalousies, les querelles.

    De plus, si l'on considère la polygamie dans la suite des Ecritures, on s'aperçoit qu'elle est liée à un prestige social chez les élites et chez les rois. Plus le nombre de femmes est grand, plus la puissance est grande. C'est ce qui perdra Salomon.
    Nous avons donc bien là un effet de rivalité qui influe sur la sexualité et les pratiques maritales. Il n'est pas alors difficile de comprendre que la perversion sexuelle a pour origine cette violence rivalitaire: imiter son prochain, voire en faire plus que lui dans cette forme de mal, nous introduit à la compréhension des dérives qui s'en suivent.

    L’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables: ces points là aussi pourraient être compris à partir des conséquences de l'imitation et de la rivalité, du moins dans leurs débuts, leurs enclenchements.  En effet, ces pratiques provoquent un effet addictif et chimique: c'est un autre sujet.
    Le thème de l'anorexie a déjà été abordé (ICI). Il pourrait se classer dans "les choses semblables" dont parle Paul.

    De fait tous les dérèglements qui touchent aux maladies de l'âme et à la folie peuvent avoir un éclairage très pertinent à partir de ce que dit la Bible de la violence.

     

    L'actualité et le futur de la violence.

    Dans nos sociétés occidentales, la violence qui conduit aux délits et aux crimes est encore relativement bien canalisée. Le gouvernement de la cité joue son rôle tant bien que mal.

    Cependant, sans en arriver à sortir du cadre légal, la violence est partout présente dans sa forme non criminelle, à tous les niveaux de la société (fratrie, famille, communauté, état, pays), ainsi que dans tous les domaines (économie, éducation, tout le monde du travail en général,...).

    Elle est présente chez les chrétiens, comme elle était présente dans les castes cultuelles ou théologique du temps de Jésus (sadducéens, pharisiens).

    Plus tard, nous verrons que Jésus a confronté cette violence à tous les niveaux. Et que disait-il à ce sujet ? NOUS SOMMES AVEUGLES A CETTE VIOLENCE. Nous ne voulons pas en entendre parler et nous ne la comprenons même pas.

    LE MEURTRE HABITE EN NOUS. Il est couvert par une éducation, des freins sociaux, la « religion ». PERSONNE N'EN EST EXEMPT.

    Il est temps d'ouvrir et de déboucher nos conduits auditifs spirituels à ce sujet.

    Vous dites peut-être: cela ne me concerne pas ! A tord. « C'est que », comme un homme de Dieu d'autrefois le disait sur ce sujet: «vous n'avez pas encore saisi la profondeur de votre péché. »

     

    Nous devons ENTENDRE ET COMPRENDRE cela. C'est un cri ! Pourquoi ?

    Parce que, comme ce sera bientôt le cas, les freins sociaux de la violence, ajouté à l'éducation de plus en plus négligée et mauvaise, vont sauter et le verrou contre la violence aura libre court. La « religion » ne pourra rien contre ce flot.

     

    Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l’éternité !

     Psaumes 139: 13-24



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    jesussauve
    Mardi 10 Avril 2012 à 12:36

    Ce n'est pas nouveau, ce problème de querelle, d'inimitié de jalousie. Dès le moment où Adam commence à accuser sa femme, parce qu'elle lui a donné à manger du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal...... convoité par elle, tout a commencé. Caïn, jaloux de son frère Abel, parce que son offrande (à Abel) avait été agréée, et pas la sienne !! Et depuis....... nous voyons l'état du monde aujourd'hui !! Il va très prochainement recevoir un terrible jugement et il continue de "marier ses enfants" etc .... Ce qui est grave, c'est quand on retrouve ce même problème dans les dénominations et leurs systèmes. Car le témoignage que doit rendre l'Eglise du Seigneur, est très sèrieusement affecté !! Et pourtant le Seigneur revient très bientôt chercher Son Eglise qu'Il aime. Que c'est dur, ces temps de la fin, vraiment dur. Merci frère, pour votre recherche. FM

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :