• L'élimination de la loi divine - 1

    Cette élimination, pour nos temps actuels, a eu deux sources principales.

    Ces deux sources parfois opposées ont introduit un grand changement dans la perception de la foi transmises aux saints une fois pour toutes.

    • Le rejet de la loi de Dieu
    • Et pour le premier courant, il a aussi provoqué un nouvel élan moderne au rejet d'Israël (théologie du remplacement) d'Israël par l'Eglise).

     

    dispensations

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

    Nous nous intéresserons d'abord au dispensationalisme, plus simple dans son fonctionnement à saisir, bien que ce courant n'ait pas été le seul à mettre de côté la loi de YHWH.

    Avant ces courants datant du début du XIX, fin du XVIII ème siècle, dans l'ensemble, à part des exceptions, la loi étaient tenus en forte estime. Elle était le guide indiscutable du comportement des chrétiens depuis les temps apostoliques, le repos le samedi excepté qui fut éliminé petit à petit dans l'église d'occident depuis l'année 321, date de le "consécration" du dimanche, jour du soleil (sol invictus) par l'empereur romain Constantin .

    Avertissement: il n'est pas question ici de juger les personnes, mais ce qu'elles ont dit ou écrit. Ce sont les fruits qui sont examinés, les conséquences. D'aileurs, je ne pense pas que J. N. Darby, le créateur de cette vision schématisante de l'histoire de l'humanité dans ses rapports avec Dieu ait pu s'imaginer où cela mènerait. De plus, en son temps, avait déjà "fleuri" un courant mystique dans l'église, autrement plus subtil et plus profond dans ses conséquences que le dispensationalisme de Darby. Darby, en produisant ce schéma n'est qu'un rejeton de "l'esprit de son temps" qui commençait à mettre en avant des expériences purement spirituelles qui se détournaient de la révélation écrite transmise dans l'enseignement de l'église auparavant.

    Néanmoins cette schématisation porte en elle-même une grande incompréhension des Ecritures. Ce sont les "continuateurs" de Darby qui en ont tirés des conséquences désatreuses, principalement C. Scoffield et celles et ceux qui ensuite se sont attachés à ses commentaires de la Bible, en les faisant connaître au peuple chrétien.

    Nous nous intéresserons principalement aux dispensations de la loi et de la grâce selon Darby.

    Si nous regardons le schéma (cliquer pour l'agrandir), il est aisé de constater que Darby fait une nette séparation entre diverses périodes des rapports de Dieu avec les hommes. Ce faisant, il induit qu'il y ait eu des coupures très marquées d'une période à une autre.

    Le régime de la conscience remplaçant le régime de l'innocence et ainsi de suite, jusqu'à la période de la "grâce" qui remplacerait définitivement la période le la "loi". Ces deux mêmes périodes font passer l'humanité d'un répondant humain unique (Israël) à à un répondant multiple (les nations).

    A partir de là, il devint très facile d'exclure Israël, qui en tant que peuple avait reçu un appel national, pour ne voir dans les juifs que des brebis qui devaient s'intégrer dans l'église des nations en abandonnant leur appel spécifique.

    Et il fut aussi très aisé de séparer loi et grâce, de les considérer comme contradictoires et de rayer la loi divine, ... puisque nous sommes sous la grâce.

    Citons quelques écrits de C. Scoffield et de ses disciples, adeptes du dispensationalisme, pour le montrer:

    • "... Devant la loi le monde entier est coupable et,... la loi a un ministère de condamnation... le croyant est mort à la loi et racheté de la loi"C. Scoffield in The new Scofield Bible page 1268.
    • "Les termes loi et grâce représentent deux manières d'agir différentes de la part de Dieu à l'égard des hommes, C'est pourquoi on fera bien de les considérer séparément". Chafer, les grandes doctrines de la Bible, page 148
    • "C'est pourquoi l'enfant de Dieu n'est plus soumis à la règle de la loi, mais bénéficiaire de la grâce divine." Chafer, les grandes doctrines de la Bible, page 147
    • "Paul ne traite pas comme chose permanente le Décalogue gravé sur des tables de pierre". René Pache, les Adventistes du 7ème jour, page 7
    • "Il est urgent pour nous de comprendre que la loi et la grâce sont deux systèmes indépendants qui se suffisent à eux-mêmes." H. Lindsay, salaire gratuit, page 24
    • "L'enseignement de la Bible est clair et net. Aucune confusion n'est possible, la parole de Dieu ne tolère aucun mélange entre la loi et la grâce." H. E. Alexander

    Nous avons lu ci-dessus la triste généalogie de pensée de J. N. Darby. Certains ont réagi, mais néanmoins cet enseignement a envahi tous les mileux fondamentalistes.

    Citons, pour équilibrer une réaction contre ce courant de Philipp Mauro, ex darbiste:

    " Nous voyons que les textes mêmes qui sont employés pour inciter à des sentiments d'aversion envers la loi de Dieu et la faire paraître comme quelque chose de totalement contraire à l'évangile, enseigne exactement le contraire, à savoir... que la loi et l'évangile sont des étapes complémentaires du même travail grandiose de Dieu. Car, à ce sujet, la vérité telle qu'elle a été enseignée au travers de tous les siècles du christianisme, est que la loi est une partie nécessaire, tous comme l'évangile lui-même, dans l'immense dessein de rédemption du Père." , The Gospel of the Kingdom, page 55


    C'est une hérésie que de prétendre que la loi de Dieu n'a pas de signification pour notre époque. C'est un aspect de la pensé évolutioniste (c'était aussi l'époque de Darwin !) et une forme d'humanisme. C'est une position qui présuppose un dieu en évolution, un dieu en voie de développement. Ce dieu "dispensationnel" s'est exprimé par la la grâce seule et peut-être demain, s'exprimera-t-il encore autrement ! Mais ce n'est pas le Dieu des Ecritures, dont la loi et la grâce demeurent les mêmes à toutes les époques, car Lui, comme Seigneur souverain ne change pas.

    ________________________________________

    Cette division en périodes distinctes ne correspond pas aux Paroles et actes de notre Dieu:

    - le "temps de la conscience" n'est pas aboli... Il durera en tout cas jusqu'au et pendant le règne de Jésus-Christ.

    - Le temps du gouvernement humain n'est pas aboli.. il dure encore jusqu'à nos jours et jusqu'à ce que notre Seigneur règne.

    - Le temps de l'appel et des promesses faites à Abraham dure encore: Israël a encore un destin (Rom 11).

    - Le temps de la loi n'est pas aboli: il est le modèle de tout gouvernement humain soumis à Dieu et règle de conduite pour le croyant. Faut-il encore rappeler ces parole de Jésus en parlant de la loi: "Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé." (Mt 5:18) ET: "Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber." (Luc 16: 17)

    - Quant à la grâce, elle est présente depuis le jardin d'Eden (la création très bonne, l'arbre de vie, etc) et dès la chute de l'homme: "Ou-es tu ?" dit YHWH à Adam qui se cache... jusque dans l'éternité.

    C'est une épouvantable hérésie qui fut extraite de cette vision dispensationaliste de Darby. Elle a eu beaucoup d'impact dans les milieux dits "fondamentalistes", mais pour d'autres raisons que nous verrons ensuite, elle s'est aussi répandue dans des milieux "spiritualistes" qui ont envahi la planète.

    Ce fut un rejet plus subtil parce que souvent non-dit. Une évacuation en douceur, d'une nature qui s'est voulue hautement spirituelle et soi-disant inspirée par l'Esprit Saint.

    Bien sûr tous ces courants s'inscrivent tous dans celui de la mise en doute de Sa Parole: "Dieu a-t-il réellement dit ?".

    Ici: "Dieu a-t-il vraiment donné sa loi pour toutes les nations ?"


    A suivre...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    jésussauve
    Dimanche 22 Avril 2012 à 21:09

    Cher frère. Comment pouvons-nous comprendre les versets 18 et 19 de l'épître aux Hébreux : "Ainsi, la première ordonnance a été abolie à cause de sa faiblesse et de son inutilité ; (car la loi n'a rien amené à la perfection ;) mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu a été mise à sa place" ? Et également le verset 9 de la première épître de Paul aux Corinthiens : "J'ai été ... comme sans loi, avec ceux qui sont sans loi (quoique je ne sois point sans loi à l'égard de Dieu, puisque je suis sous la loi de Christ)". Il y a aussi Actes 15/10 : "Maintenant donc pourquoi tentez-vous Dieu, en imposant aux disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons eu la force de porter ?" (Ca concernait la loi de Moïse sur la circoncision).

    N'est-ce pas en Christ qui a accompli la Loi pour nous sauver que nous devons marcher sur le chemin de la sanctification ? Merci beaucoup. FM

    2
    béréen Profil de béréen
    Dimanche 22 Avril 2012 à 21:57

    La loi n'a rien amené à la perfection. Effectivement.
    Oui, Christ a accompli la loi pour nous amener sur le chemin de la sanctification.

    Quelle sanctification ? devrait-elle être contraire aux 10 commandements. Non. Jésus commente la loi en Matthieu 5 à 7 pour nous en montrer les profondeurs. La loi n'est pas annulée, elle est approfondie en ce sens que Jésus nous y montre que la désobéisssance à la loi vient des profondeurs de nos âmes.
    Un seul changement par rapport à la loi dans ces paroles: annulation de "l'oeil pour oeil et dent pour dent" (aimer ses ennemis).

    D'alleurs Paul cite la loi comme valide: "Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse, afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre." Eph 6:2

    J'ai donné quelques idées à ce sujet:
    http://yhwh-jesus-leshommes.eklablog.com/grace-et-loi-a44403512

    - la loi est un pédagoque qui nous conduit à Christ.

    - la grâce, loin d'être opposée à la loi en rend l'accomplissement possible.

    - l'amour n'est rien sans l'accomplissement des commandements de Dieu.

    - la liberté réelle est liberté pour le bien selon la loi de Dieu.

    Il y a beaucoup d'autres chose à dire sur ce sujet.

    3
    béréen Profil de béréen
    Dimanche 22 Avril 2012 à 22:25

    Autre chose pour le texte d'Hébreux, le contexte: l'auteur parle des aspects cultuels de la loi... les sacrifices. Annulé, effectivement.


    Paul sans loi ? (Corinthiens). Il en a traduit le sens pour les grecs selon les 10 commandements.
    Galates 5:20

    Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont:
    - l’impudicité, l’impureté, la dissolution: "tu ne commetras pas d'adultère"
    - l’idolâtrie: tu adoreras le Seigneur ton Dieu lui seul
    - la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes: "tu ne tueras point" et "tu ne convoiteras pas".
    - l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables: "tu ne convoiteras pas".

    Pas de shisme entre la loi et la grâce.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :