• La fin de l'esclavage selon la loi de YHVH

     

    La fin de l'esclavage selon la loi de YHVH

      Comme il sera vu, la Loi était différente entre les esclaves hébreux et les esclaves étrangers.

    Pour ce qui concerne l'esclave hébreu, la loi était conçue de telle façon qu'en toute logique, il ne devait plus en rester en l'espace de deux ou trois génération.

    Tout d'abord, un esclave hébreu est considéré comme fils d'Israël au même titre que n'importe qui. La circoncision, marque du peuple donnée à Abraham

    « Voici une ordonnance au sujet de la Pâque: Aucun étranger n’en mangera. Tu circonciras tout esclave acquis à prix d’argent; alors il en mangera. » Exode 12: 43-44

    Tout esclave hébreu pouvait, s'il le souhaitait, être affranchi au bout de six années d'esclavage.

    « Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années; mais la septième, il sortira libre, sans rien payer. S’il est entré seul, il sortira seul; s’il avait une femme, sa femme sortira avec lui. Si c’est son maître qui lui a donné une femme, et qu’il en ait eu des fils ou des filles, la femme et ses enfants seront à son maître, et il sortira seul.

    Si l’esclave dit: J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre, - alors son maître le conduira devant Dieu, et le fera approcher de la porte ou du poteau, et son maître lui percera l’oreille avec un poinçon, et l’esclave sera pour toujours à son service. » Exode 21:2-6

    Il existait une protection particulière pour les esclaves de sexe féminin, outre la possibilité de d'affranchissement. La femme esclave est quasiment considérée ici comme une femme libre:

    « Si un homme vend sa fille pour être esclave, elle ne sortira point comme sortent les esclaves. Si elle déplaît à son maître, qui s’était proposé de la prendre pour femme, il facilitera son rachat; mais il n’aura pas le pouvoir de la vendre à des étrangers, après lui avoir été infidèle.

    S’il la destine à son fils, il agira envers elle selon le droit des filles. S’il prend une autre femme, il ne retranchera rien pour la première à la nourriture, au vêtement, et au droit conjugal.

    Et s’il ne fait pas pour elle ces trois choses, elle pourra sortir sans rien payer, sans donner de l’argent. » Exode 20: 7-11

    Il existait une protection pour tout esclave lorsque le maître le maltraitait (lésions corporelles):

    « Si un homme frappe du bâton son esclave, homme ou femme, et que l’esclave meure sous sa main, le maître sera puni. » Ex 21:20

    « Si un homme frappe l’oeil de son esclave, homme ou femme, et qu’il lui fasse perdre l’oeil, il le mettra en liberté, pour prix de son oeil. » Ex 21:26

    Le passage suivant montre que l'esclavage n'était pour le moins pas favorisé en ce qui concerne le frère hébreu. De fait, si l'on comprend le texte, il peut servir comme ouvrier ou mercenaire:

    « Si ton frère devient pauvre près de toi, et qu’il se vende à toi, tu ne lui imposeras point le travail d’un esclave. » Lev 25:39

    Par contre, l'étranger pouvait être esclave:

    « C’est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t’appartiendront, c’est d’elles que vous achèterez l’esclave et la servante. Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu’ils engendreront dans votre pays; et ils seront votre propriété. Vous les laisserez en héritage à vos enfants après vous, comme une propriété; vous les garderez comme esclaves à perpétuité. Mais à l’égard de vos frères, les enfants d’Israël, aucun de vous ne dominera avec dureté sur son frère. » Lev 25: 44-45

    Un esclave pouvait s'enfuir de chez son maître (maltraitant) et se réfugier chez un autre Israélite:

    « Tu ne livreras point à son maître un esclave qui se réfugiera chez toi, après l’avoir quitté. Il demeurera chez toi, au milieu de toi, dans le lieu qu’il choisira, dans l’une de tes villes, où bon lui semblera: tu ne l’opprimeras point. » Deut 23:15

    Une sanction très sévère valait à l'encontre de quiconque forcerait autrui à l'esclavage:

    « Si l’on trouve un homme qui ait dérobé l’un de ses frères, l’un des enfants d’Israël, qui en ait fait son esclave ou qui l’ait vendu, ce voleur sera puni de mort. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. » Deut 24:7

    On voit donc que:

    • Il n'était guère possible d'avoir un nouvel esclave hébreu.

    • L'esclave était protégé (maltraitance) par sanction légale ou en pouvant fuir.

    • La femme esclave avait une protection spécifique.

    • Il était possible pour un esclave de devenir libre au bout de six ans.

    A ce compte, en admettant que certains esclaves aient désiré rester esclaves de leur maître après six ans, l'esclavage pouvait ainsi perdurer. Cependant la descendance de l'esclave avait la possibilité de faire le choix d'affranchissement que son ancêtre n'avait pas fait. Ainsi en quelques générations l'esclavage pouvait avoir disparu.

    Salomon a pratiqué cette loi:

    « Salomon n’employa comme esclave pour ses travaux aucun des enfants d’Israël; car ils étaient des hommes de guerre, ses chefs, ses officiers, les commandants de ses chars et de sa cavalerie. » 2Ch 8:9

    Sous Sédécias, peu avant l'exil Babylonien de Juda, le roi avait ordonné la libération des esclaves, mais peu après les maîtres avaient fait marche arrière. Voici de que Jérémie déclare de la part de YHVH.

    « Alors la parole de l’Eternel fut adressée à Jérémie de la part de l’Eternel, en ces mots:
    Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: J’ai fait une alliance avec vos pères, le jour où je les ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude; et je leur ai dit: Au bout de sept ans, chacun de vous renverra libre son frère hébreu qui se vend à lui; il te servira six années, puis tu le renverras libre de chez toi.

    Mais vos pères ne m’ont point écouté, ils n’ont point prêté l’oreille. Vous, vous aviez fait aujourd’hui un retour sur vous-mêmes, vous aviez fait ce qui est droit à mes yeux, en publiant la liberté chacun pour son prochain, vous aviez fait un pacte devant moi, dans la maison sur laquelle mon nom est invoqué.

    Mais vous êtes revenus en arrière, et vous avez profané mon nom; vous avez repris chacun les esclaves et les servantes que vous aviez affranchis, rendus à eux-mêmes, et vous les avez forcés à redevenir vos esclaves et vos servantes. » Jérémie 34: 12-16

    On voit donc, qu'à part des exceptions, la loi de l'Eternel n'avait pas été mise en pratique.


    Conclusions:

    On dira: et les étrangers ? Effectivement ils ne sont pas inclus dans cette loi de liberté. Il est nécessaire de garder à l'esprit qu'Israël devait être la lumière des nations mais elle ne le fut que par le Serviteur, Yeshua:

    « Moi, l’Eternel, je t’ai appelé pour le salut, Et je te prendrai par la main, Je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, Pour être la lumière des nations... » Esaïe 42: 6

    Il est le signe que la Loi devait aussi éclairer les nations.


    La loi permettait d'éviter les séditions et les soubresauts qu'ont connu d'autres peuples lors de révoltes d'esclaves ou de guerres pour l'abolition de l'esclavage (guerre de sécession au XIX ème siècle aux Etats-Unis).

    Elle donnait à chaque « citoyen » la possibilité d'une condition d'homme et de femme libre.

    De fait, l'obéissance à YHVH éviterait de nombreux conflits et de nombreuses souffrances, des esclaves premièrement et des peuples qui se livrent à l'esclavage ensuite.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :