• La loi, ombre des choses à venir

    Que devons-nous faire de cette distinction que nous trouvons dans le prologue de Jean ?

     

    "La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ".

    Jean 1:17


    Nous retrouvons cette même distinction chez Luc où Jésus lui-même nous dit:

    "La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer."

    Luc 16:16

    La loi est (et non « était ») l'ombre des chose à venir (Col 2: 17). Mais qui a jamais vu une réalité faire la guerre à sa propre ombre ? Bien au contraire, l'ombre est un reflet fidèle de la réalité dont elle tire son existence.

    En effet, la loi, possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses. Héb 10:1

    La loi n'est que l'image et l'ombre d'un modèle céleste. (Héb 8:5). Et un objet qui ne projette pas d'ombre n'existe pas s'il est placé dans la lumière. Cet objet ne serait alors qu'un fantasme, imaginaire, irréel.

    L'ombre de Jésus-Christ, c'est la loi et Il n'est pas imaginaire.
    Son ombre, c'est la loi qui fut donnée par l'intermédiaire de Moïse, explicitée par les prophètes, en attendant que la réalité que cette loi projetait se manifeste en Jésus-Christ, Fils unique de Dieu venu pour nous parler lui-même (Héb 1:1), nous donnant accès auprès du Père par sa mort et sa résurrection.

    Celui qui OPPOSE l'ombre à la réalité, la loi à Jésus-Christ, prêche un autre évangile que celui du Royaume de Dieu.

    Celui qui OPPOSE la loi à la grâce, la loi à la vérité, met en contradiction Jésus-Christ lui-même, dispensateur de la loi et de sa véritable application. De la loi, via les prophètes à la grâce, il n'y a que progression de lumière et non rejet des ombres.

    Il en résulte que tout esprit anti loi nous conduit à un retour de l'humanisme sans loi divine qui sépare la Parole vivante de Dieu, Jésus-Christ, de la Parole écrite de Dieu dans Moïse et les prophètes.

    Cette attitude qui sépare l'ombre de la réalité, ne possède en fait ni l'ombre, ni la réalité.

    Celui qui oppose ainsi la loi et les prophètes à la grâce et la vérité en Jésus, se prive de tous les bienfaits de la loi et s'assied sur un siège boiteux.

    Pour reprendre les paroles de Jésus après avoir commenté la loi (sermon sur la montagne), il bâtit sa maison sur le sable. Cette maison-là ne résistera pas à la tempête.

    Soyons gardés de tordre ainsi et de déchirer la Parole de Dieu !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :