• - La plénitude des (du) temps

    ...les temps ont été accomplis...

    La plénitude des (du) temps


    .... nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. Eph 1:9-10

    ... lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. Gal 4:4

    Le terme grec pour "accomplir" est ici "pleroma". Le sens en général traduit dans nos versions porte l'idée de "plénitude".

    Attention: en Galates 4:4, si vous consultez les numéros Strong, vous constaterez que le terme grec traduit est "erchomai". Cela tient au fait que les traducteurs, dès le 19 ème siècle, ont utilisé d'autres textes grecs que celui qui avait servi jusqu'auparavant. Dans le texte d'avant (texte reçu) le mot "pleroma" est utilisé. Pour des raisons trop longues à expliquer ici, je fais confiance au "texte reçu".

    Il signifie premièrement "rendre plein, remplir"; à la voix passive: être rendu plein. En grec, il a un sens très pratique d'abord, qui est utilisé en Marc 8:20: les corbeilles sont pleines, remplies de pain. Les textes de Galates et Ephésiens l'utilisent dans un mode figuratif.

     _______________________

    Les temps ont été accomplis (Gal 4:4): parle de la venue de Jésus en chair, il y a 2 millénaires.

    Les temps seraient accomplis (Eph 1: 9-10): parle de quelque chose qui a été accompli il y a 2000 ans mais qui n'est pas encore concrétisé. Réunir toute chose en Christ n'est pas encore advenu.

    Il est question là de plénitude des temps: de temps qui sont prêts pour une nouvelle révélation de Sa part.

    L'accomplissement des temps notifie qu'à un certain moment de l'histoire, l'Eternel dans sa sagesse a décidé d'intervenir dans l'histoire des hommes pour accomplir son plan de salut.

    Peut-on entrevoir quelques éléments de cette sagesse en nous fiant à ce qui est écrit dans nos Bibles ? En partie certainement.

    Il s'est trouvé des moments de l'histoire où l'intervention divine a permis de préserver l'humanité de la destruction, de l'auto destruction plutôt et/ou de construire un plan de salut pour l'humanité.

    Quand et comment ?

    • En recherchant Adam après la chute: "Où es-tu ?"
    • En recevant favorablement le premier homme de foi, Abel, qui avait pris l'initiative d'un sacrifice.
    • En mettant un signe sur Caïn pour éviter la propagation du meurtre.
    • En séparant les langues lors de la construction de la tour de Babel.
    • En appelant Abraham à une époque où de grandes nations se constituaient afin qu'il soit père d'une nation "témoin" et de tous ceux qui marcheraient comme lui, par la foi.
    • En mettant Joseph en Egypte afin de préserver cette nation naissante.
    • En donnant Sa loi par Moïse.
    • Etc, beaucoup d'éléments qui ont préservé Son peuple témoin.
    • En envoyant son Fils.


    Arrêtons-nous.

    Il est clair que le Fils est venu dans l'histoire des hommes à un moment propice. Quel moment ?

    • Un moment où certains hommes juifs seraient en état de reconnaître que la Loi, si elle était bonne, n'avait pas été suffisante.
    • Un moment où les sacrifices de l'ancienne alliance étaient à bout de souffle, portés par une classe de sacrificateurs "politisés", incrédules et mêlés à des complaisances diverses: pouvoir, mélange, corruption, etc.
    • Un moment où une caste religieuse juive avait mis un fardeau légal sur les épaules du peuple, fardeau bien au-delà de ce que l'Eternel avait prescrit et qui restait une grâce et une source de vie pour celui qui en tenait compte (David par ex.)
    • Un moment où les païens commençaient à douter de leurs propres mythes et rituels, dénoncés et satirisés par des écrivains grecs et latins.
    • Très pragmatiquement, malgré ce qu'on peut en penser, un empire Romain très étendu qui permettait, par une paix civile pas relative du tout, des déplacements relativement sécurisés dans un grand espace géographique.
    • Un moment de "crise spirituelle" dans cet empire qui commençait à aller chercher en orient des "ressources" dans les croyances de ces peuples, ne parvenant plus à se satisfaire des vieux mythes.

    Quelle leçon peut-on retirer de cela ?

    L'Eternel, pour ce qui concerne son grand plan de salut pour l'homme, agit dans les temps de l'homme. L'Eternel  ne fait pas un forcing pour devancer la capacité de réception de celui-ci. Il est présent à chacun de ses "pas".

    Ainsi nous pouvons être choqué par exemple qu'Il ait demandé à Abraham de sacrifier son fils. Il demandait à Abraham des choses qui lui étaient accessibles et courantes dans son temps. Bien sur, finalement, Il va à l'encontre du besoin de sang des divinités païenes en arrêtant la main d'Abraham et en lui demandant de sacrifier un agneau à la place, donnant à son élu une grande leçon au sujet de Sa différence radicale d'avec ces divinités païennes. L'Eternel est pédagogue et jamais "totalitaire".


    Et le texte d'Ephésiens 1:9-10 ?

    S'il nous parle de quelque chose qui est déjà accompli, il nous parle du règne concret de Jésus-Christ: Nous sommes loin de voir que toutes choses "ont été réunies en Christ". Les avis sont tellement divergeants à ce sujet: la réunion de toute chose en Christ. Grosso modo, il existe des tas de tendances qui vont de:

    1. L'assurance absolue que le monde est "fini" et que les promesses de Dieu ne se réaliseront que par la venue effective de Jésus-Christ sur la terre.
    2. L'assurance absolue que la révélation de Jésus-Christ sera portée par l'Eglise au point de changer le monde. Alors seulement, Jésus-Christ reviendra.

    Très schématiquement exprimé, car il existe toutes sortes de variantes.

    Je n'entre pas en matière sur cela publiquement car j'ai remarqué que ce sujet, quand on entre dans les détails, était et est un un objet de scandale et de chute pour beaucoup ainsi qu'un objet de colère, de violence et de division. Au point où j'en suis, je ne peux qu'observer le monde tel qu'il est en parallèle avec les prophéties  bibliques, et me poser des questions que j'espère honnêtes.

    On peut néanmoins voir dans les diverses doctrines des traits qui ne sont absolument pas scripturaires, fondés sur des espérances humaines et sur ce qui reste de païen en nous. Ce dernier point sera abordé plus tard dans le fil "Projet".


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Pharouest
    Mardi 7 Février 2012 à 16:54

    Amen.

    Mais ne pas développer cela "publiquement" parce que ce serait "un objet de scandale et de chute pour beaucoup ainsi qu'un objet de colère, de violence et de division"... n'est-il pas contradictoire avec " Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre un homme et son père, entre une fille et sa mère, entre une belle–fille et sa belle–mère; et un homme aura pour ennemis les gens de sa maison." (Mat 10:34-36) ??...

     

    2
    béréen Profil de béréen
    Mardi 7 Février 2012 à 17:41

    Merci de ta remarque.

    Je ne crois plus être convaincu avec aucun des deux extrêmes que je cite:

    1. L'assurance absolue que le monde est "fini" et que les promesses de Dieu ne se réaliseront que par la venue effective de Jésus-Christ sur la terre.
    2. L'assurance absolue que la révélation de Jésus-Christ sera portée par l'Eglise au point de changer le monde. Alors seulement, Jésus-Christ reviendra.

    Je devrais préciser: je ne peux pas en parler pour le moment car je n'ai pas d'opinion réelle sur le sujet, juste quelques points sans aucune chronologie et sur les motivations qui peuvent se cacher dans les options de chacun.

    Ca précise l'article.

    3
    Pharouest
    Mardi 7 Février 2012 à 18:41

    Ben moi j'ai l'impression que les "deux extrêmes" que tu donnes existent... au moins en "fortes tendances" (et d'un point de vue "humain").

    - Le premier extrême (ou première tendance) est complètement "juif" (dans le mauvais sens du terme, c'est à dire ultra-sioniste et politique) et il attend "son messie" qui sera faux !

    - Le second extrême (ou seconde tendance) est complètement "catholique romain" (et "politique" aussi) et il attend également "son messie"... qui sera faux !

    En fait, ils attendent le même faux messie !... et en bons "babyloniens kabbalistes" qu'ils sont tous, ils négocient le déroulement des opérations en sous-main (il ne faut pas se fier à l'apparence des choses).

    Toutes les catégories "intermédiaires" sont des "religions" (d'hommes) issues de Rome et Babylone (donc les "protestantismes" aussi) qui se fondront dans le même "oeucuménisme" humaniste lorsque les "deux extrêmes" se rejoindront ! (avec "l'antichrist")

    Pour cela il faut d'abord un grand "désordre" pour que "l'ordo ab chao" se mette en place... et le "génie de Satan" (pour ne pas dire de Rome), c'est d'avoir créé "l'Islam" pour déclencher la dernière grande guerre... et aboutir au "traité de paix" (de 7 ans) qui séduira le monde entier.

    ... je ne veux pas aller plus loin... mais les pièges sont partout !... surtout parce que la "nature humaine" (la chair) est "politique" alors que le "royaume de Dieu" n'est pas de "ce monde".

    Il faudra attendre l'effondrement final de toutes ces "choses d'en bas" pour que le "vrai messie" re-vienne avec ceux qui avaient déjà Son royaume "dans leurs coeurs", les "élus" (peu importe quand et comment ils sont morts ni quand et comment ils sont "enlevés"). 

    :) ou :(

    4
    béréen Profil de béréen
    Mardi 7 Février 2012 à 20:29

    " :) ou :( "....   Eh bien j'enregistre... Quelques remarques:

    OK, pour ton illustration des deux extrêmes... Plus prosaïquement, je restais dans le monde "évangélique" avec ses "Darby" d'un côté et ses "Kingdom Now" de l'autre.

    OK, pour ne pas se fier à l'apparence des choses... Attention de faire des déductions hâtives sur ce qui est caché, secret, bien que certains en lâchent quelques éléments dont on ne peut être vraiment certains, puisque c'est secret. Tu sais combien je répugne à tirer des plans sur la comète.

    Pour sur, l'islam est probablement la prochaine grosse pieuvre qui sera avalée par la "religion" (difficile de l'imaginer aujourd'hui)... tout comme des petites pieuvres se font actuellement avaler (lüthériens, anglicans, etc, ... et peut-être bientôt les pentecôtistes).. Qui me dit que sera la dernière grosse pieuvre ? Peut-être la religion du commerce... qui n'aura plus aucune différenciation avec la grande religion. Pour le moment, Rome (et d'autres) et la finance sont "mêlés" en sous main, mais pas officiellement. L'apocalypse parle de cette alliance de façon visible et non cachée.

    Il y a bien sûr une Vérité qui peut-être révélée... pour le moment j'en reste à une incertitude et, comme pour le reste, je préfère rester "naïf" et prêt à recevoir..

    Ah oui, ça me hérisse le poil quand on affirme que ce qu'annonce Jésus en Matthieu 24 s'est entièrement déroulé jusqu'en l'an 70. Par exemple: "Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres.. " Ce n'est pas du tout ce qui existait en 70 puisque l'empire Romain assurait une certaine paix civile et qu'il contenait alors sans de réels problèmes ses frontières.

    5
    Pharouest
    Mercredi 8 Février 2012 à 04:17

    Oui, j'avais bien compris que tu étais dans les fondamentaux du genre Darby et "kingdom now" mais c'est justement à cause de ce "kingdom now" (et à cause d'Ephésiens 1 !) que j'ai fait le grand saut vers autre chose puisqu'il est revendiqué depuis longtemps par "l'église" romaine.

    Des personnes comme mon père ont appris au "grand séminaire" que "l'avènement" (Mat 24) avait eu lieu en l'an 70 après la destruction du Temple de Jérusalem, pendant que "Saint Lin" (deuxième "pape") succédait à "Saint Pierre" comme "évêque de Rome" et que c'était donc le début du "règne de Christ" sur Terre via "les Papes" et la "sainte église catholique romaine" ! (je résume)

    Bref, c'est la théologie du remplacement (ou de la "substitution") avec son antisémitisme foncier et la "vocation universelle" de "l'église de Rome" à dominer le monde pour le préparer au "retour du Christ" (qui ne viendra que lorsque "on aura gagné"!... ils préparent donc l'avènement de "l'antéchrist" et ne le savent pas !)

    La dernière encyclique de Ratzinger (Benoît 16 !) confirme complètement ces choses et décrit la mise en place du système économico-politique (et financier) mondial. (voir encyclique "Caritas in veritate")

    Concernant l'Islam, je ne sais pas si tu sais que la rédaction du Coran (et tel qu'il est écrit) nécessitait forcément un accès direct aux sources du Vatican (à moins que "l'archange Gabriel" ait fait un super copié-collé pour Mahomet !)... ça laisse songeur.

    Comme tu dis, faut pas faire de déductions hâtives sur ce qui est caché et secret... sauf que ce n'est pas si caché que ça (pour qui s'y intéresse... ou s'y intéressait) !

    6
    Pharouest
    Mercredi 8 Février 2012 à 05:15
    7
    béréen Profil de béréen
    Mercredi 8 Février 2012 à 12:58

    Oui, la docctrine catholique m'est connue, ainsi que sa volonté universaliste.

    Tu parles d'un "système économico-politique (et financier) mondial". Je verrai plus précisément un système qui inclut le religieux. Ce serait un retour au paganisme dans lequel TOUS ces aspects étaient intégrés et le politique y découlait du religieux. Pas de séparation entre ces éléments.

    Si on parle "paganisme", tout l'enseignement "chrétien" retourne à une vision complètement païenne, c'est-à-dire, pour faire simple que Dieu et Jésus sont des constructions humaines et non révélées, comme les dieux païens. Avec ça on pourrait être syncrétiste et synthétiser une foi universelle qui prendrait la terminologie du plus fort, Rome ou autre chose, ainsi que la "morale" humaniste du plus fort.

    A noter en passant: les païens avaient ce système d'organisation et ils étaient dans l'ignorance. Ce système satanique leur permettait d'exister en communauté tant bien que mal... Jésus a cassé ce système, faisant sortir le monde la religion humaine. Dans quelle mesure le monde n'est-il pas encore dans l'ignorance de cela ? A mon avis presque totalement... Est-ce l'échec du message de l'Evangile pour le temps dans lequel nous sommes ? Ou bien, le Seigneur veut-il encore le faire connaître pour notre temps ?

    Il peut revenir, c'est sur, mais, c'est mon interrogation: qu'est-Il veut par rapport à ce système ? Le détruire et régner avec une verge de fer (ça pose beaucoup de problème quand on y réfléchit) ? Patienter encore pour réformer le coeur des hommes ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :