• Loi: où j'en suis ?

    Devant mes frères et soeurs qui défendent la loi de YHVH, tout comme moi, je fais le point pour exprimer clairement où j'en suisau sujet de la loi donnée à Moïse....
    Ce que je peux accepter ou non.

    Le texte n'est que peu argumenté de références... voir d'autres articles sur le même sujet.
    Ce n'est qu'une mise au point.


    Loi: où j'en suis ?

     

    La circoncision

    Elle ne concerne que la descendance physique d'Abraham. Et ce n'est pas la loi.

     

    Les 10 paroles.

    A aucun moment dans les écrits de nouvelle alliance en Yeshua, on ne voit que ces 10 paroles sont soumises à un quelconque rejet de la part de celui-ci et des apôtres.

    Au contraire: ces commandements sont abondamment commentés, repris, approfondis dans la même lignée que les prophètes le faisaient. Ils sont même parfois cités in extenso.

    Le « mais moi je vous dis » de Yeshua n'annule pas ce qui précédait; il s'agit d'un commentaire qui dévoile les racines du péché et non d'une mise de côté d'un commandement salutaire.

    Cela inclut bien entendu le 4ème commandement. Il est tellement évident que le samedi fut remplacé historiquement par le dimanche pour des raisons impies, le jour du soleil, et au nom d'un antijudaïsme virulent. Il n'y a pas photo.

     

    Les fêtes de l'Éternel.

    Il est impossible de retenir que ces fêtes n'étaient que destinées aux israélites. Ce sont des fêtes prophétiques qui concernent l'humanité entière.

    Il est tellement évident aussi qu'elles ont été rejetées par un « christianisme » qui se paganisait, tout comme le samedi.

    Donc: adieu Noël, Nouvel An, les fausses dates de la Paque et ainsi de suite. Pas de doute.

     

    Les lois cultuelles

     Le sacrifice de Yeshua a rendu ces lois caduques ainsi que l'existence du temple de Jérusalem. Toute tentative de reconstruction de ce temple physique et de rétablissement des cérémonies cultuelles ne peut qu'être l'œuvre de celui qui renie Yeshua et son œuvre, et qui s'oppose à lui.

     

     Les lois civiles et pénales

    Les lois civiles furent données en fonction d'une époque. Dans leur esprit, elles sont passionnantes. Sur tous les points, elles sont « en progrès » sur tout ce qui se faisait à l'époque où elles furent données.
    L'esprit de ces lois manifestent un souci marqué du prochain.

     Les lois pénales: il faut comprendre que les lois civile et pénale étaient les lois d'un PEUPLE, d'une NATION. Nation que YHVH voulait sainte, exempte du péché manifeste des nations. On peut être choqué par leur sévérité... quoique, bien appliquée, elle nécessitait des garanties: des témoins fiables.

    De plus, des éléments étaient tout à fait « révolutionnaires »:

    • l'absence d'amendes: on restituait au lésé et non à « l'état ».

    • L'absence de prison et des villes refuges à la place, en attendant que les « affaires » soient correctement appréciées et jugées.

    • Principes de redistribution des biens afin de tempérer les inégalités: que tout le monde ait assez pour vivre.

    En résumé: désuet oui, mais terriblement inspirant et emprunt de justice pour celui qui ne les juge pas d'après ses propres critères modernes.

    J'allais oublier:

    Il existe des prescriptions concernant la famille... elles restent valables à l'exception d'une seule: la lettre de divorce, Yeshua réaffirme la perénité du mariage entre couples de vivants.

    Les prescriptions concernant le rejet de l'occultisme demeurent.

    Les prescriptions concernant la sexualité pervertie (inceste, homosexualité, zoophilie, etc) restent d'actualité.

    Il existe aussi des prescriptions purement hygiéniques: on ferait bien de les actualiser et d'en tenir compte.


     Les lois du pur et de l'impur.

     Portez-vous du lin mélangé à de la soie ? Et mettez-vous des franges spéciales à vos vêtements, du même tissu ? Pour cela: pas de réponses dans les écrits de la nouvelle alliance.
    Juste pour dire: si certains veulent être cohérents avec le reste de leur appréciation de la loi, il est indispensable de porter ces franges à ses vêtements et de se laisser pousser la barbe et la tailler d'une certaine façon.


    La nourriture:

    Pierre reçut une vision et la parole de YHVH se fit entendre:

    « Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier.

    Il eut faim, et il voulut manger. Pendant qu’on lui préparait à manger, il tomba en extase.

    Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s’abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel.

    Et une voix lui dit: Lève-toi, Pierre, tue et mange.

    Mais Pierre dit: Non, Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé ni d’impur.

    Et pour la seconde fois la voix se fit encore entendre à lui: Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé.

    Cela arriva jusqu’à trois fois; et aussitôt après, l’objet fut retiré dans le ciel. » Actes 10.


     On me dit: mais cette vision ne concerne pas la NOURRITURE. Seulement le fait que, selon les pharisiens, on ne pouvait fréquenter les païens au point de ne pas même entrer dans leurs maisons.

    Si elle ne concerne pas la NOURRITURE AUSSI, c'est que je ne sais pas lire... ou que Pierre aurait reçu une vision et des paroles mensongères.

    Chez Corneille, il n'est en effet pas dit que Pierre et les siens se mettent à table avec les païens.

    Mais en Galates 2, il est, avec d'autres, attablé avec les païens d'Antioche....

    Maintenant, qu'on me dise:

    Pierre et les autres juifs étaient bien assis avec les païens mais ils ne mangeaient pas de leurs mets. Ils les regardaient manger.

    Ou alors: mais les païens s'étaient adaptés aux prescriptions kashers de la loi et Pierre et les autres pouvaient donc en manger,

    Il y a un point commun aux deux assertions ci-dessus: on AJOUTE à la Parole.

    Et quand on affirme que la vision de Pierre ne concerne pas la nourriture: on RETRANCHE à la Parole.

    Et si on invoque le Rouah Hakodesh pour justifier ces ajouts ou retranchements: non merci, pas pour moi.

      

     Cet aspect a toujours fait problème parmi les rachetés... Il n'y a qu'à lire l'ensemble des conseils de vie commune de Paul en Romains ou Corinthiens.. mais là aussi, ces textes sont tellement tarabustés qu'il faudrait en écrire un autre chapitre.

      Sans commenter ni développer: la paix, entre frères et sœurs, est plus importante que l'alimentation... pourvu que l'ivrognerie et les excès de table ne figurent pas au programme des agapes. (Gal 5:21)


    Et pour conclure une brève note:

    Au risque de me faire lapider.

    Les "compulsions" autour de la nourriture n'ont, bien souvent, absolument tien à voir avec une quelconque sainteté.
    C'est exactement le contraire. Ces compulsions sont le résultat d u péché et elles peuvent aller dans trois sens pervers au moins:

    • _ Trop manger: les excès de table.
    • _ Pas assez manger: la déprivation anorexique.
    • _ Contrôler tout ce qu'on mange de façon quasi obsessionnelle.

    Je crains que beaucoup aient pris pour prétexte la loi sur le pur et l'impur pour justifier cette dernière conduite maladive ( = contrôler tout ce qu'on mange de façon quasi obsessionnelle).

    Je n'accuse personne. Chacun doit savoir pour soi. Ce dont je suis sur: ça existe.
    On peut user de la loi pour justifier un trait de caractère marqué par la déchéance et la corruption de l'âme humaine.
    Et ce n'est pas de la "psychologie"... Ça se voit.



  • Commentaires

    1
    Désiré Rusovsky
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 23:02
    Désiré Rusovsky

    Les "mais moi, je vous dis …" de Jésus, s'adressaient à des Juifs et à nuls autres. Donc ce n'est pas suffisant pour justifier la pratique du Décalogue par les pagano-chrétiens.

    2
    béréen Profil de béréen
    Samedi 7 Juillet 2012 à 01:01

    Suis étonné de cette remarque... C'est vrai que c'est adressé aux juifs. Pratiqement tout ce qu'il a dit fut adressé à des juifs.
    Si on suit cette logique: exit la quasi totalité des paroles de Jésus.... Nul et non avenu pour nous ?

     

    3
    Désiré Rusovsky
    Samedi 7 Juillet 2012 à 01:46
    Désiré Rusovsky

    Non, mais il faut les contextualiser et ne pas les lire simplement au premier degré. Lors du "Concile" de Jérusalem, aucun consigne allant dans ce sens n'a été adressée au pagano-chrétiens, La seule en rapport avec le décalogue serait celle des viandes sacrifiées aux idoles. À ma connaissance, nulle part dans les épîtres, il est fait référence au Décalogue.

     

    4
    béréen Profil de béréen
    Samedi 7 Juillet 2012 à 11:10

    Sans être exhaustif du tout car à mon avis le décalogue est souvent présent dans les épitres soit de façon littérale, soit de façon allusive. Deux exemples.

    "Honore ton père et ta mère c’est le premier commandement avec une promesse,
    afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre". Eph 6:2-3

    "Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Loin de là! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’eût dit: Tu ne convoiteras point." Rom 7:7

    Il me paraît évident, pour aller peut-être dans ton sens, que toutes les prescriptions de la loi ont été portées à un niveau supérieur par Jésus et les apôtres. Ce faisant, il n'annule pas pour cela la loi pour les païens. Il ne faut pas oublier le rôle de la loi: elle s'adressait certainement à des individus, mais plus surement à tout un peuple, UNE NATION.
    Elle est la base du droit pour cette nation, sa constitution (divine) en quelque sorte.

    Quant à moi, je ne vois pas comment on peut contextualiser la loi pour les nations des païens. Ne pas tuer, voler, tromper, convoiter, mentir restent valable... et on ne peut faire cela sans "pratiquer" les premiers commandements qui traitent de notre relation à YHVH, source de vie.

    Et puisqu'on parlait de Royaume, constitué de nations, cette loi demeure la loi divine. Il est impensable que les choses changent sur ce point là. L'argument de dire que toute la loi est annulée par les deux comandement de base qui la résume: "aimer Dieu et son prochain", ne permettrait pas de gouverner des peuples de façon concrète.

    5
    Désiré Rusovsky
    Mercredi 11 Juillet 2012 à 01:48
    Désiré Rusovsky

    Je ne comprends pas ta conclusion. En quoi la Loi est en rapport avec le gouvernement des peuples?


    6
    béréen Profil de béréen
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 10:57

    Israël, en tant que nation, fut en quelques sortes une nation "témoin" d'une volonté de L'Eternel de gouverner une portion de terre. Dans le livre des Juges, on constate que cette tentative n'a pu être menée à terme puisqu'Israël a échoué. Ce fut un temps où "chacun fit ce qui lui semblait bon".
    Il n'y avait pas de roi.... c'est-à-dire d'organe exécutif (ni judiciaire). Il y avait une loi...
    Pourtant il aurait pu y avoir une forme d'exécutif et de judiciare puisque la tribu de Lévi avait été destinée à cette fonction, outre des fonctions "cultuelles" (dépassées aujourd'hui)... une administration sans "tête" humaine (roi, empereur, président), puisque l'Eternel aurait du être le roi.

    Cette notion de "peuple témoin" est contestée par certains, pas par moi.
    C'est le modèle du Royaume.

    Et un royaume sans loi, ça n'existe pas.

    7
    béréen Profil de béréen
    Jeudi 12 Juillet 2012 à 11:17

    Et si les modalités pratiques du code civil et pénal de l'ancien Israël étaient adaptés à la situation de l'époque, les règles de base sont énoncés dans les 10 paroles....
    Et le résumé de cette loi: "aimer Dieu et son prochain"... Et ce n'est qu'un RESUME.
    Et personne ne s'interroge pourquoi Yeshua et Paul affirmaient cela ? Qui peut dire maintenant en quoi ce résumé est pertinent pour toute la loi donnée à Israël: c'est ce que je m'efforce de découvrir dans d'autres articles de ce blog.

    8
    Mardi 24 Juillet 2012 à 07:43

    Le problème de Désiré Rusovsky, c'est justement qu'il est "chrétien à la mode Marcion", à savoir qu'il faudrait jeter tout le Tanakh ("AT") à la poubelle, puis décider qu'un "Jésus grec" est venu inventer une nouvelle religion contre ces juifs incultes et sous-développés, et contre leur "Dieu" au nom imprononçable.

    Ainsi, une Bible d'une page et demie, c'est bien sffisant pour apprendre à voter Hitler... 

    Cela s'appelle "être antichrist" !

    9
    Tomer
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 12:38

     En parcourant la lecture de la Bible avec la pensée hébraïque il en ressort qu'il n'y a pas de séparation entre la première et la nouvelle alliance. La promesse de l'héritage faite à Abraham a été également offerte aux nations lorsqu'elles décidaient de se tourner vers Yeshoua et qu'elles se greffaient sur l'olivier franc.  

     Le fait que les nations ne sont pas nées 'juif de chair' ne suffit pas à scinder la Torah, la bible en 2. Une seule Torah a été donnée pour les juifs et les non-juifs.  

     Effectivement, une grande partie des lois, concernant le temple par exemple, ne sont plus observées étant donné que le temple n'existe plus. Néanmoins, elle n'ont pas pour autant été supprimées; le livre d'Ezekiel nous fait référence aux sacrifices qui auront lieu à la fin des temps. 

     Au risque d'en surprendre plus d'un, AUCUN verset dans la bible (ancienne et nouvelle alliance) ne remet en cause UN seul des commandements de la Torah. 

     Tous les versets actuellement utilisés pour "annuler" certains préceptes "anciens" sont principalement issus d'une erreur de traduction, d'une sortie du contexte du livre ou enfin d'une lecture "occidentale" c'est-à-dire la lecture sans avoir une connaissance du vocabulaire, des coutumes de l'époque ou même une connaissance du pentateuque. 

     L'histoire de la nappe a, depuis de longues années, été une source de discussion intensive vis-à-vis de l'alimentation. 

     Dans le sens premier de la vision, il est clair que D.ieu pousse Pierre en disant "tue et mange" ce qui laisse à supposer que si D.ieu donne cet ordre c'est qu'il faut le suivre au sens simple. 

     Pour pouvoir comprendre pleinement cette histoire, il est OBLIGATOIRE de se nettoyer de notre entendement et de se poser les bonnes questions: pourquoi ce rêve ? pourquoi à Pierre ? pourquoi à ce moment ? quel rapport avec Corneille ? quel rapport avec les aliments ? 

     Toutes des questions qui doivent être étudiées dans le contexte historique de l'époque. 

     Il s'avère qu'à l'époque de Pierre une fausse doctrine circulait chez les juifs. Cette doctrine disait plus ou moins ceci: étant donné que les juifs mangent des aliments impurs et qu'ils sont en contact avec toutes sortes de choses impures et que D.ieu dans sa Torah explique que toucher des choses impures rend la personne impure, les païens de l'époque étaient constamment en état d'impureté. (attention impureté ne veut pas dire péché ou saleté mais désigne un état spirituel) 

     Une personne impure selon la Torah doit se purifier sinon, par contact, elle peut rendre son entourage impur. 

     Par facilité, les juifs de l'époque ont émis le fait que comme un païen est potentiellement impur donc, pour ne pas le devenir par contact, les juifs devaient par principe ne plus côtoyer de païens afin de ne plus prendre le risque d'être impur. 

     Cette décision va à l'encontre de la bible qui estime que même un non croyant est susceptible de devenir notre prochain par ses actes d'amour. Voir la parabole du bon Samaritain. 

     Pierre était séduit par cette fausse doctrine de l'époque. Il n'était donc pas prêt à aller annoncer la bonne nouvelle aux païens. D.ieu a donc donné un rêve choc à Pierre. D.ieu a proposé à Pierre de tuer des animaux impurs/interdits et de les manger.  

     Prudence : un rêve est là pour nous enseigner quelque chose et non pour modifier un décret biblique. Dans l'ancienne alliance, la Torah nous demande de ne pas manger d'aliments impurs, D.ieu ne peut pas se contredire, forcément il voulait donc faire passer un message à Pierre. 

     Ce passage était : On t'a enseigné qu'un païen est impur d'office et que tu ne dois pas l'approcher, c'est faux: c'est uniquement ce que je considère comme impur qui l'est, ce n'est pas les hommes qui décident à ma place. Corneille et les autres païens ne sont donc pas impurs. 

     Be'ezrat Hashem, Adonaï restaurera son épouse afin qu'elle soit prête pour les fiançailles de notre Adon Yeshoua.

    10
    béréen Profil de béréen
    Samedi 27 Octobre 2012 à 16:33

    Cher Tomer,

    Je laisse votre commentaire... bien que n'y agréant pas tout à fait.... mais je me suis déjà exprimé dans l'article. 

    11
    Didier Sion
    Vendredi 14 Décembre 2012 à 13:22

    Tout-à-fait d'accord avec Tomer.

    La question de l'impureté est la bonne explication de la vision. Ces animaux (de la vision) représentent le Tamé (l'impur) que les non-Juifs étaient censés toujours porter.

    C'est vrai que cette notion de pureté-d'impureté est difficile à cerner pour des novices en Torah. Ce n'est pas quelque chose de matériel, mais cela est influencé par le matériel. Par exemple celui qui touche un cadavre ou qui marche sur une tombe "attrape" l'impureté. Il reste dans cet état tant qu'il n'est pas passé par le rite purificateur avec les cendres de la vache rousse.

    Ainsi les paiens étaient considérés par les Juifs en état permanent d'impureté maximale (car il y a des degrés d'impureté). On ne pouvait donc pas les approcher, ni aller dans leur maison, ni manger avec eux. Sous peine de contracter soi-même l'impureté. ce qui interdisait alors pour ce Juif d'aller au Temple ou de manger de la viande (provenant du Temple) jusqu'à passer par le rite de purification qui dure une semaine. On faisait donc tout pour éviter tout contact avec des païens.

    Ce que Dieu dit à Pierre par cette vision : ne considère pas ces trois hommes non-Juifs qui arrivent comme impurs. Mais concernant la nourriture à la table de Corneille, il est dit en Actes 10 que cet homme craignait Dieu lui et sa maison (c'est-à-dire sa femme et ses serviteurs) et priait Dieu sans cesse. On peut donc légitimement penser (sans "ajouter à la parole"), que Corneille respecter les lois alimentaire que Dieu a prescrit à Israël, puisqu'il vivait au sein de Peuple de Dieu, et donnait même son aumône aux pauvres.

    La question de la Loi fut réglée au Concile de Jérusalem ( Actes 15 ) : elle reste valide pour Israël (la question ne se posait même pas pour eux ! et cela apparait clairement en Actes 21  lors de la rencontre de Jacques avec Paul), mais seules 4 règles sont imposées (comme un minimum) aux disciples d'origine non-juive.  

     

     

    12
    béréen Profil de béréen
    Vendredi 14 Décembre 2012 à 19:57

    Cher Didier Sion,

    Même commentaire de ma part que pour Tomer.

    Je rajoute: prétendre que la table de Corneille était pure selon la Torah est une extrapolation hasardeuse que je ne ferai en aucun cas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :