• - Vous allez voir des spectacles ?

    Vous allez voir des spectacles ?

    Quelles sont les origines du "spectacle", de la représentation ?

    La connaissance n'est pas tout,

    mais autant savoir quelle est la source de cette pratique.

    Par spectacle, entendons tout ce qui est représentation qui met en scène un acteur ou une actrice, qu'ils chantent, jouent une pièce de théatre, marionettistes, ont leurs images projetés sur des écrans, miment, dressent des chevaux, etc..., quelque soit l'âge du spectateur. On pourrait ajouter tous les sports, étant donné qu'ils ont la même origine grecque.

    On ne connaît peut-être pas toutes les civilisations antiques, mais ce dont on est certain, c'est qu'en Grèce les premières représentations théatrales ont commencé vers le VI ème siècle avant JC.

    Dès les débuts de l'humanité, des conteurs faisaient revivre une expérience de chasse, de conflit, un épisode mythologique pour les partager avec son groupe (tribu, famille,...). Puis, on est passé à ce qui influencera l'humanité entière par la suite.

    La première représentation théâtrale connue est une représentation grecque (ou bien égyptienne selon les versions) du dieu Dyonisos. Le "théatre" est le nom de l'hémicycle dans lequel se tenait les spectateurs. Les représentations étaient aussi accompagnée de dythyrambes (chants religieux). Au début un acteur était présent, puis deux, puis plusieurs avec un choeur, chanteurs, danseurs.

    Au début, le théatre met en scène les dieux, demi dieux, héros, toutes les idoles païennes. Il est accompagné de rituels sacrificiels, voire de la cérémonie du pharmakos pendant laquelle un homme innocent tiré au sort était livré à la fureur de la foule, souvent jusqu'à sa mort.

    Puis après le religieux païens, et en même temps, viennent des considérations sur la culture locale, rendues sous formes tragiques, comiques ou satiriques.

    Le théatre a permis "une prise de distance" par rapport aux mythes et aux récit meurtriers et violents des mythes. Il n'est pas "étonnant que "cette prise de distance" coïncide avec le début de la philosophie grecque... une réflexion sur les mythes et une recherche de distanciation, tout en restant "mythique" dans son fond.

    _______________

    Sautons maintenant dans un autre monde, celui des hébreux, constitués en nation.

    Ces formes de représentation théatrales y sont totalement absentes. Quand bien même le monde grec envahira Israel sous Alexandre le Grand, puis les Séleucides (Antiochus Epiphane), le monde hébreu ancien restera étanche à cette influence. Il se peut qu'il y ait eu des tentatives mais la révolte des Macchabées y mettra bon ordre.

    Comment expliquer cela. On ne trouve qu'une raison. Il s'agit du deuxième commandement de la loi reçue par Moïse de la part de YHWH.

    "Tu ne te feras point d’image taillée, de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre." Deutéronome 5:8

    "Des représentations de quoi que ce soit"... dit Deut 4:25

    Les représentations n'existaient pas en Israel, sauf deux chérubins dans le temple, cahés à la vue de tous, sauf des sacrificateurs.

    Les hébreux ont donc résistés, tant bien que mal (quelques rois ont introduits des idoles). Il n'est pas étonnant, et à juste titre, qu'ils n'aient pas "suivi" le monde grec (et romain) dans la consécration du théatre en temps que représentation. Il y avaient reconnu une parenté avec les dieux païens et le spectacle comme une suite de l'adoration de forme païenne.


    En conclusion, que dire sinon que notre vocabulaire en ce qui concerne le "spectacle" en général porte exactement les mêmes formes que celui des grecs païens (idoles, adorer, communier, etc...). De plus le spectacle ranime les mêmes émotions, les mêmes passions qu'autrefois... On est spectateurs de ses propres passions, les ravivant et les cultivant (du mot "culte). Et on dit que c'est la culte-ure.

    Peut-on échapper à cela en proposant des spectacles édifiants ? Difficlement à mon avis. De toutes façons, nous restons alors spectateurs passifs, faisons comme le spectacle nous y invite, jouant dans notre intimité un "rôle" que l'on a créé pour nous, Des émotions sont ravivées: la chair est stimulée.

    Cela nous éloigne d'une vie d'acteur avec Christ.



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Février 2012 à 19:26
    Allélluuuuuuuia! En effet, les images possèdent un puissant pouvoir, on peut être envouté carrément par certains spectacles, y recevoir des esprits démoniaques c'est vrai. Une fois que nous nous sommes donnés à Jésus-Christ nous devons nous détourner complètement de ce monde qui n'offre que des choses empoisonnées (1 Jean 5:19) et beaucoup malheureusement s'arrêtent à dire à Jésus d'entrer dans leur vie, le reste ils ne sont pas prédisposés à le faire, tout ça parce qu'on prèche de plus un plus un Jésus-Christ qui arrange les gens. Allez! Ton article est très édifiant, ça nous rappele à quel point nous devons sans cesse nous surpasser.
    2
    béréen Profil de béréen
    Samedi 4 Février 2012 à 19:38

    OU, Maranatha, l'image pervertie remplace la parole qui elle-même est humiliée, vilipendée et dépourvue de Vérité.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :